Auxiliaire de vie sociale : le point sur ce service

Selon les derniers chiffres, on recense près de 175 000 auxiliaires de vie en France dont plus de 90 % sont des femmes. L’auxiliaire de vie sociale (AVS) est de plus en plus demandé afin d’accompagner les personnes en situation de fragilité ou de perte d’autonomie que ce soit à cause de l’âge, d’un accident ou d’une maladie. L’AVS doit disposer de compétences polyvalentes afin d’assumer ses nombreuses responsabilités. Nous creusons un peu plus dans cet article :

Les rôles d’une auxiliaire de vie

L’auxiliaire de vie intervient sur Lille au domicile d’une personne (âgée, à mobilité réduite, malade…) en situation de perte d’autonomie et d’indépendance. Comme elle n’arrive plus à effectuer les simples tâches de la vie quotidienne, c’est l’AVS qui doit s’en occuper, toutefois elle ne se limitera pas à cela. Elle occupe un rôle social important à la personne en difficulté pour l’aider à lutter contre l’exclusion. Son rôle se décompose en trois missions :

Veiller au confort et à l’hygiène

La première mission de l’auxiliaire de vie sociale est d’apporter les aides essentielles de la vie quotidienne :

  • Aide à l’habillage, déshabillage au lever et au coucher
  • Aide à la toilette, à la prise de médicaments
  • Aide aux courses et à la préparation de repas
  • Entretien de la maison, du linge, du jardin

L’auxiliaire de vie peut également aménager l’espace du logement de son client afin de l’adapter à son nouveau mode de vie.

Maintenir l’autonomie

L’AVS doit non seulement répondre aux actes essentiels de la personne fragile mais elle doit également stimuler son autonomie et sa motricité à travers des :

  • Activités culturelles
  • Rencontres avec d’autres personnes
  • Activités dans la journée
  • Promenades

Il est a noter que l’auxiliaire de vie est formée en psychologie, ce qui lui permet d’entrainer le mental de son client au quotidien. Ces activités ainsi que sa présence régulière participent à l’amélioration de la condition physique et mentale de la personne dont elle est responsable.

Soutenir le moral

L’auxiliaire de vie sociale n’assure pas les actes de soins, mais elle veille à leur bien-être en tant que soutien moral et social pour les personnes isolées ou en rupture familiale. Grâce au travail d’un AVS, la personne bénéficie de la possibilité de rester dans un cadre familier au lieu d’être placée dans un EHPAD.

Les compétences de l’auxiliaire de vie

L’AVS doit être dotée d’une certaine panoplie de qualités qui lui permettent de faciliter la vie quotidienne de la personne.

Les compétences techniques

Afin de soutenir la personne sur le plan technique, l’AVS doit maitriser les :

  • Gestes d’urgence et de secours
  • Règles de sécurité domestique
  • Règles d’hygiène et de propreté
  • Pathologie du vieillissement
  • Compétences culinaires

Les compétences humaines

Afin de soutenir la personne sur le plan moral, l’AVS doit :

  • Faire preuve d’une écoute attentive
  • Faire preuve de discrétion et de patience
  • Disposer d’une bonne communication intellectuelle
  • Disposer d’une bonne communication sociale

La différence entre auxiliaire de vie et aide à domicile

L’auxiliaire de vie et l’aide ménagère ont un point commun principal : aider son prochain. Toutefois il convient de distinguer les deux métiers car ces prestations correspondent à des interventions différentes. L’AVS de vie intervient auprès des personnes en situation de fragilité ou en perte d’autonomie. Elle propose une aide principalement dans les tâches de la vie quotidienne alors que l’aide ménagère peut comprendre des prestations plus diverses. Cette dernière peut intervenir tous les jours ou de temps en temps selon le besoin de la personne, par contre elle ne nécessite pas de formation spécifique contrairement à l’auxiliaire de vie qui doit obtenir un diplôme délivré par l’État.